Étudier un territoire avec Édugéo : mode d’emploi (2/3)

, par Geoffrey Gekiere

Dans ce deuxième article consacré à la prise en main d’édugéo, on traite de la réalisation d’un croquis et de la récupération puis de la correction des travaux réalisés par les élèves.

Note : cet article est la deuxième partie d’une série consacrée à édugéo.

Il est temps de commencer le croquis ! Nous allons l’inaugurer avec la délimitation de l’espace bâti dans la station. Il s’agit donc de dessiner un polygone (double-clic pour achever sa délimitation), de choisir une couleur pour ses contours et son remplissage, puis d’indiquer un élément de légende correspondant à ce figuré. Une fois cet élément entré dans la légende, vous allez voir qu’il est très simple d’appliquer ces choix graphiques à tout nouveau polygone dessiné sur le croquis :

Une légende, c’est bien, une légende structurée, c’est mieux ! L’ajout de "titres" à la légende :

L’avantage du numérique, c’est la possibilité donnée aux élèves de faire des erreurs... et de les corriger. On peut ainsi modifier un figuré après-coup :

Une fois le travail terminé, il serait dommage de le perdre. Comme dans n’importe quel logiciel, édugéo donne la possibilité de sauvegarder son travail pour un usage ultérieur. Il vous proposera une sauvegarde dans différents formats, nous choisirons ici le format .crq (comme "croquis") :

Comme utiliser après-coup ce fichier .crq ? De la plus simple manière qui soit : ouvrez édugéo, et déposez votre fichier sur la page web...

L’ajout successif de fichiers .crq dans édugéo aboutit à la superposition de multiples croquis... C’est très pratique si les travaux des élèves ont été scindés afin d’aboutir à un croquis finalisé, mais cela l’est moins quand il s’agit de corriger des travaux individuels. Voyons comment remédier à ce problème :

Lire la fin de cette étude de cas

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)