L’année 2016, les commémorations du Centenaire en histoire et en géographie

, par Marc Vigié IA-IPR

L’année 2016 marquera le deuxième temps fort des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, notamment autour des mémoires et de l’histoire des batailles de la Somme et de Verdun.

A cette occasion, la Mission du Centenaire souhaite poursuivre sa politique d’accompagnement et de soutien des projets portés par les académies et l’ensemble de la communauté éducative.

Pour ce faire, une nouvelle session de labellisation des projets pédagogiques est organisée pour l’année scolaire 2015/2016.

Vous trouverez en pièce jointe un texte de cadrage validé par l’Inspection générale de l’Education nationale qui indique les grandes orientations pédagogiques des commémorations pour l’année scolaire 2015-2016.

Vous trouverez également ci-joint la note du directeur général de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale qui récapitule les différentes échéances :

- envoi à la Mission du Centenaire, selon la procédure habituelle, des dossiers de labellisation pour le 15 octobre 2015 ;

- envoi à la Mission du Centenaire, selon la procédure habituelle, des demandes de financement des projets labellisés pour le 17 février 2016 ;

Une note prochainement publié au Bulletin Officiel de l’Education Nationale (BOEN) récapitulera les dispositifs nationaux mis en œuvre à l’occasion des commémorations de 2016.

J’attire votre attention dès à présent sur deux points essentiels :

-  Si le centenaire des batailles de Verdun et de la Somme est particulièrement valorisé, l’année 2016 ne se réduit pas à ces deux événements : la Première Guerre mondiale dans son ensemble continue ainsi d’être commémorée. Aucune restriction thématique et chronologique ne préside donc à la politique de labellisation de la Mission du Centenaire.

- Le dispositif « mémoires héritées, histoire partagée » est réinvesti comme cadre d’action pédagogique proposée aux enseignants pour l’année scolaire 2015-2016, sans exclure toutes les autres formes de projets que les équipes enseignantes souhaiteraient proposer.

Une approche géographique des thèmes d’étude peut renouveler les démarches historiques et mémorielles traditionnelles. A titre d’exemple, le Comité académique suggère les pistes suivantes dont l’intérêt est aussi d’offrir la possibilité de recourir aux informations disponibles sur les systèmes d’information géographiques, les sites institutionnels et locaux, d’emprunter les démarches propres aux nouveaux champs de l’investigation géographique – on songe à la géographie du tourisme de
mémoire, à la géographie culturelle, par exemple –voire plus simplement d’aborder autrement l’espace proche de l’établissement scolaire :

  • la géographie générale du champ de bataille à travers l’étude des cartes et paysages du front 1914-1918 (profondeur du réseau de tranchée, circulation, utilisation des paysages etc..),
  • l’étude cartographique du champ de bataille de 1914 à 2014 : quelles mises en mémoire des paysages ? Quelles problématiques aujourd’hui autour de l’aménagement des anciens champs de bataille (circulation, développement économique autour des loisirs, du tourisme de mémoire, confrontation entre les différents acteurs territoriaux – politiques, habitants, etc.) ?
  • les paysages hérités de la Grande Guerre à l’arrière : paysages urbains et géographie urbaine (noms de rue, places, etc..), aménagements….

Je vous remercie une nouvelle fois pour votre implication dans la mise en œuvre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Voir en ligne : Lien vers "mémoires héritées, mémoires partagées"

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)