Préparer l’élection des délégués en utilisant le numérique

, par Pascal-Éric Lalmy, Soizic Patry

La préparation de l’élection des délégués permet d’aborder le programme d’EMC, de contribuer au parcours citoyen et, ici, de former les élèves au numérique en utilisant des tablettes.

La séance proposée ici peut être menée en AP en classe de 6e (fin du cycle 3) ou en classe de 5e (début du cycle 4).
Elle se déroule en une heure et se situe au début de l’année, avant l’élection des délégués. Le travail ne présente pas de difficulté importante pour les élèves, en revanche il est l’occasion de les initier à l’usage des tablettes. La séquence s’organise en quatre temps :
- un test de personnalité pour aider l’élève à déterminer si il.elle est prêt.e à exercer les fonctions de délégués de classe ;
- une recherche sur un site officiel pour identifier le rôle d’un délégué ;
- l’analyse d’une séquence vidéo pour comprendre les règles d’une élection démocratique ;
- la rédaction d’un texte bref pour présenter ses motivations ou dresser le portrait du.de la candidat.e idéal.e.

Deux fiches vous sont proposées : elles partent de la même démarche avec quelques variantes. La proposition 1 utilise la plate-forme Socrative pour tester les élèves, les professeurs qui ont l’habitude de cet outil sauront s’en servir ; la proposition 2 invite les élèves à faire le test sur une plateforme qu’ils.elles connaissent peut-être déjà http://www.mashallow.com/, dont elles.ils peuvent partager les résultats sur les réseaux sociaux.
Les deux fiches proposent aussi une approche différente de l’évaluation des compétences.

La séance peut avoir un prolongement autour du test de personnalité sur la relation avec la machine : les élèves s’interrogent souvent sur ce qu’ils.elles doivent faire du résultat du test de personnalité. Évidemment, il est important, dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté, de leur faire prendre conscience qu’ils.elles restent décisionnaires et que ce n’est en aucun cas l’ordinateur qui peut les autoriser, les obliger ou les empêcher d’être candidat.e. Un autre prolongement peut porter sur l’utilisation des réseaux sociaux et les risques de partager des informations personnelles. Ces thèmes peuvent être l’occasion d’une discussion réglée pour initier les jeunes élèves au débat.
Enfin, au vu de l’âge des élèves, on peut aussi leur rappeler que l’âge réglementaire mais non l’âge légal (qui n’existe pas) pour un accès au réseaux sociaux, fixés par les réseaux eux-mêmes, est de treize ans.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)