Accueil > Enseigner > Parcours > Parcours Avenir > Le parcours Santé en histoire-géographie-EMC au lycée

Le parcours Santé en histoire-géographie-EMC au lycée

lundi 11 juin 2018, par Aurélien Sandoz

Mettre en œuvre le Parcours Santé dans son cours pose la question de la pertinence de cette démarche qui ne semble pas être au cœur de nos deux disciplines – histoire et géographie. Donner du sens et de la pertinence évite un sentiment de millefeuille administratif. La logique de parcours invite à deux points de vigilance. Tout d’abord, il doit concerner tous les élèves. Ensuite, il doit articuler les apprentissages scolaires des disciplines et les interventions extérieures : il serait contre-productif qu’une association impose une action sans concertation.

Plusieurs logiques peuvent alors se mettre en place. Il est tout à fait possible de participer à un projet à l’échelle d’un établissement. Cela a l’avantage que le professeur n’est pas le seul moteur de cette démarche. Le risque est que la logique de projet peut ne pas être reconduite d’une année sur l’autre. Une autre possibilité est de mettre en œuvre la logique du parcours santé qui touche la totalité des élèves, dans le cadre d’une séquence en lien avec les programmes.

Contexte

En seconde générale, dans le cadre d’une séquence de géographie.
Elle peut se réaliser en huit heures, évaluation sommative et correction comprises. Elle s’inscrit dans le thème 2 Gérer les ressources terrestres, pour la question Nourrir les hommes. Les travaux se font en classe entière, en demi-classe, en petits groupes de trois à quatre élèves, au lycée, à la maison et lors d’enquêtes de terrain.

En Terminale S, dans le cadre d’une séquence de géographie.
En classe de Terminale S, il semble plus pertinent d’accorder quelques minutes à un exposé d’élève au regard du temps imparti. L’impact reste cependant important si la démarche part de la même façon des préoccupations des élèves pour aboutir à l’inclusion dans une logique d’établissement. Ainsi, il est possible de le réaliser dans le thème 2 Les dynamiques de la mondialisation pour la question la mondialisation, fonctionnement et territoires et la mise en œuvre acteurs, flux, débats.

Mise en œuvre

En classe de seconde générale, la logique du cours est maïeuticienne. Ainsi, la réflexion est amorcée en classe entière sur l’alimentation qui touche les élèves en France afin d’entrer dans le chapitre. Les activités suivantes sont proposées aux élèves en petits groupes, chaque groupe ne s’emparant que d’une partie du travail total :
- des extraits de films et documentaires doivent être visionnés à la maison pour réaliser une carte mentale individuelle. Cette carte mentale est l’objet d’un travail pratique commencé lors d’une séance en demi-groupe ;
- une enquête de terrain par groupe de 3 à 4 élèves est prévue en autonomie. En classe, est constitué le menu d’une famille française pour une semaine. Le but est de constater les différences de budget mensuel et leurs conséquences : est-il possible de s’alimenter correctement individuellement ou est-ce à l’État de favoriser une certaine alimentation en modifiant les subventions actuellement versées ?
- dans la rubrique « Confit de Canard », le Canard Enchaîné aborde toutes les semaines la question alimentaire dans le contexte de l’agriculture productiviste. Chaque élève doit lire un article différent. Il présente à la classe son exemple, après l’avoir déposé sur un Etherpad et la réflexion s’engage en classe ;
- lecture de compte-rendu de conférence du festival Saint-Dié de 2004 : Une sélection des actes du colloque "Nourrir les hommes" du festival de Saint-Dié permet d’approfondir la réflexion à une échelle mondiale et d’aborder la question de la santé dans les Pays les Moins Avancés ;
- afin d’engager la réflexion d’une autre manière sur les PMA, le travail est aussi impulsé sur une vidéo d’ Action contre la faim, et sur deux analyses de chansons extraites des chroniques de Bertrand Dicale (Historien de la chanson) "Ces chansons qui font l’histoire", diffusées sur France Info : « We are the world Ethiopie 1984 », et « Les restos du cœur ».
En classe entière, le professeur reprend l’ensemble des travaux individuels et les travaux de groupe afin d’organiser une pensée critique.

En classe de Terminale, dans l’exposé d’un exemple de la mondialisation illégale, il est possible d’étudier la contrefaçon des médicaments. Cette contrefaçon est plus lucrative que la production de drogue et moins risquée car moins punie par la loi dans de nombreux États. Afin de développer cet exemple, un élève écoute chez lui le témoignage de Bernard Leroy, directeur de l’IRACM (Institut de Recherche Anti Contrefaçon de Médicaments) à partir d’un reportage France info.

Évaluation

En seconde générale, l’évaluation peut prendre plusieurs formes. Une évaluation par les pairs : les élèves de la classe évaluent la qualité des exposés selon des critères établis. De petites évaluations formatives notées pour valoriser le travail des cartes mentales par exemple. Une évaluation sur la capacité à organiser sa réflexion selon un plan géographique (aspects, facteurs, limites).

Pour la classe de Terminale, la valorisation de l’exposé de l’élève permet de rappeler les enjeux sur le long terme de l’importance de la présentation orale dans le parcours avenir.

Vous trouverez ci-dessous :

- le diaporama qui présente le projet

Le diaporame de présentation

Liens dans l'académie