[Retour d’expérience] [EMC] Travail de groupe en classe virtuelle

, par Aurore Maciejczack

Donner du contenu à nos élèves ne suffit pas, en tant qu’enseignants nous en sommes tous persuadés. Les ateliers en classe virtuelle sont donc un outil parmi d’autres pour créer de l’interaction autour de ce contenu et amener les élèves à travailler en groupe, en un mot, rendre nos élèves actifs à distance. L’enjeu est capital mais la tâche est ardue car nos élèves, du fait du confinement, ont du mal à rester concentrés et motivés. De plus, ils ont besoin d’un cadre rassurant pour continuer à apprendre.

Objectifs

  • être ensemble : recréer un lien avec les élèves et entre élèves par le travail de groupe et le cours en classe virtuelle ;
  • rassurer les élèves par des petites phases d’institutionnalisation des savoirs en classe entière ;
  • aider l’élève à rester concentré pendant les apprentissages par la mise en activité, la réalisation d’une tâche précise et engageante, dans le cadre d’un travail de groupe.
  • accompagner les élèves dans leur compréhension de la pandémie

Description de la démarche et des compétences travaillées

Le travail de groupe en classe virtuelle peut prendre différentes formes. Voici les deux formes que j’ai expérimentées depuis le début du confinement.

Réaliser une production finale à la fin d’une séquence

À l’occasion de la semaine de la presse, mon collègue professeur documentaliste et moi-même avons réalisé une séquence sur les infox liées au coronavirus en classe virtuelle avec production finale lors de la dernière séance. En raison des contraintes liées à la classe virtuelle, nous avons choisi une production finale simple à réaliser dans les ateliers de la classe virtuelle. Retrouvez la fiche de séquence et les productions des élèves dans le lien ci-dessous.

Faire une séquence avec un travail de groupe et QCM interactif à chaque séance

En troisième, j’ai choisi de continuer les cours en réunissant les élèves en classe virtuelle. Cela nécessite de scénariser les séances pour s’adapter aux contraintes de la classe virtuelle. Voici la démarche que j’ai choisie d’adopter et de ritualiser car elle sécurise les élèves et crée une routine rassurante en ces temps source d’anxiété.
1. Un premier temps d’accueil et de présentation de la séance
2. Une mise en activité des élèves en atelier : un à trois documents avec des consignes simples et claires.
3. Une restitution des différents ateliers en classe entière (restitution orale par un porte-parole, restitution écrite à l’aide de l’outil texte qui permet d’écrire sur tableau blanc ou dans un schéma).
4. Une phase d’institutionnalisation des savoirs (phase magistrale, descendante qui rassure les élèves sur les acquis et leur permet de poser des questions).
5. Un quiz interactif avec kahoot en partage d’écran, qui crée du challenge, les aide à rester concentré pendant le cours.

Chaque séance vise une compétence d’HG

Analyser et comprendre un document, raisonner, se repérer dans le temps… Par ailleurs, le travail de groupe permet de continuer à travailler la compétence à coopérer, mutualiser avec des objectifs modestes.

Contexte

Le collège Jean Zay de Verneuil sur Seine a des classes hétérogènes avec des élèves très bien connectés à la maison et d’autres plus loin du numérique. Certains n’ont qu’un téléphone portable pour se connecter. C’est notamment le cas des élèves de la section sportive football du PSG qui n’ont que leur smartphone pour se connecter à internet et n’habitent pas dans la ville.
J’ai donc consacré plusieurs heures la première semaine à donner RDV en classe virtuelle à mes élèves. Pour résoudre leurs problèmes de connexion, j’ai eu la chance de pouvoir bénéficier de l’entraide entre élèves, de l’accompagnement de mon professeur documentaliste et du responsable de la section foot. Ils appelaient ceux qui avaient des blocages et les conseillaient pour qu’ils parviennent à se connecter.
Aujourd’hui, sur une classe de vingt-six élèves, vingt parviennent à se connecter sans difficulté et à faire toutes les activités, y compris ceux qui n’ont qu’un smartphone qui ont réussi à afficher deux fenêtres différentes sur leur écran pour pouvoir faire le quiz sur kahoot. Les six non connectés récupèrent le diaporama du cours sur pronote. Certains appellent leurs camarades pour avoir des explications ou m’envoient un message, parfois ce sont aussi les parents qui posent des questions. Deux ou trois élèves par classe ne sont pas au travail.

Témoignages des élèves

« Je trouve que les classes virtuelles sont bien. Cela nous fait adopter un rythme et nous organise. » Yona
« Je trouve les classes virtuelles très intéressantes car ça permet de nous obliger à nous concentrer sur notre travail ce que je ne ferais pas toute seule avec une feuille et un devoir. Les cours sont donc mieux expliqués car c’est la prof qui nous aide et on ne doit pas se débrouiller seul avec les manuels et c’est également très intéressant car on peut poser des questions et on continue d’avancer sur le cours. Je trouve les classes virtuelles super chouettes et j’adore aussi quand on peut faire des travaux de groupe » Alice
« Je trouve le concept des classes virtuelles vraiment très bien car cela nous permet de pouvoir travailler à plusieurs ce qui nous motive davantage et donne un côté amusant aux cours. En plus de ça nous consacrons le temps de la classe virtuelle pour étudier l’histoire géo ce qui nous fixe dans les horaires de notre travail et ne pas passer trop de temps dessus. » Lisa
« Moi j’aime bien la classe virtuelle car c’est beaucoup mieux qu’un cours magistral envoyé en pdf. J’aime bien aussi parce que on peut échanger sur le sujet et que vous avez un diaporama que vous nous affichez et que vous nous détaillez et expliquez. C’est donc exactement comme en classe. Après j’aime bien aussi les ateliers parce que on peut faire en petit groupe. En fait c’est exactement comme en classe mais avec un ordinateur : c’est donc un peu mieux (quand ça fonctionne) » Antoine
« Je trouve que les classes virtuelles sont pratiques car si on n’a pas compris quelque chose vous pouvez nous expliquer sans aucun problème alors que quand on n’a que les cours par Pronote si on comprend pas quelque chose on doit soit comprendre par nous-mêmes ou soit envoyer un message aux professeurs via Pronote mais c’est plus compliqué si par exemple les professeurs mettent longtemps à nous répondre. » Margaux

Lien utile

Classe virtuelle, guide du professeur

Voir en ligne : Lien vers la fiche séquence de la Semaine de la Presse et des Médias à la Maison

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)