Guider les élèves sur internet

, par Paul Stouder IA-IPR

Cet article n’est plus d’actualité

LES ARCHIVES DE STRABON

L’accès des élèves à internet crée de nouvelles responsabilités éducatives pour les enseignants. Afin d’assurer la meilleure protection possible des élèves en milieu scolaire, tous les établissements doivent désormais annexer à leur règlement intérieur une Charte de la messagerie et de l’utilisateur d’internet et la faire signer par chaque élève. La charte rappelle d’abord que tout message de nature diffamatoire (raciste, sexiste,...), pornographique ou d’incitation à la violence tombe sous le coup de la loi pénale. S’agissant de la recherche documentaire sur internet, la Charte rappelle aussi, en référence au b2i, que l’élève doit être capable de mettre en œuvre une consultation raisonnée du support d’information (en présence du maître pour internet) et conduire une recherche selon les modalités les plus adaptées, l’utilisation de moteurs de recherche ou d’annuaires étant à proscrire.

Cependant, hors de l’école, les élèves sont de plus en plus autonomes sur internet, sont tentés par le téléchargement, ont accès à des boîtes mail, tiennent parfois des blogs ou participent à des forums de discussion...Le phénomène a désormais un nom, le Web 2.0, en référence aux éditeurs de logiciels qui numérotent leurs versions successives. Hier, on consultait un site. Aujourd’hui, on y participe. Le contenu d’un blog est commenté, corrigé, repris en totalité ou en partie sur d’autres blogs et d’autres sites. L’encyclopédie participative Wikipédia est un autre symbole de ce Web 2.0. Chaque visiteur peut y créer de nouvelles pages, de nouveaux articles et même modifier le contenu des pages déjà existantes, ce qui ne manque pas d’interroger sur sa nature même d’encyclopédie. Ainsi, c’est l’internaute qui fournit le fonds du Web, dont il crée le contenu. Bien plus, avec un simple téléphone portable on peut mettre à jour son blog, envoyer des photos, agrémenter son espace personnel de vidéos...

Guider les élèves dans un usage raisonné d’internet est devenu un enjeu éducatif global, d’abord parce que le Web ignore toute frontière physique, à commencer par les grilles du collège ou du lycée, ensuite parce que son utilisation interroge les finalités éducatives de l’école, culturelle, intellectuelle, civique. Guider les élèves sur internet c’est leur donner accès au plus vaste champ de connaissances qui soit, sachant que toute connaissance ne vaut qu’après vérification critique de sa fiabilité. Telle la langue qui, selon Esope, pouvait être la meilleure ou la pire des choses, internet peut aussi être le plus formidable instrument de connaissance ou le plus détestable vecteur de manipulation. Pour aider les élèves à comprendre qu’internet n’est pas un espace de non-droit et, par exemple, qu’écrire et publier sur son blog, c’est engager sa responsabilité, la CNIL propose un espace junior avec des exercices leur permettant de prendre conscience de leurs responsabilités. Voir aussi le site intitulé le droit du net.
Versailles, le 2 décembre 2006 Paul Stouder , IA-IPR

Voir en ligne : L’article de Valérie Schafer, Le droit du net.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)