Accueil > Enseigner > Ressources pour la classe > Expositions, spectacles, cinéma > UNE HISTOIRE DE L’ECOLE

UNE HISTOIRE DE L’ECOLE

2008, par Paul Stouder IA-IPR

EXPOSITION DU MUSEE DE L’EDUCATION DU VAL D’OISE (2, Place des écoles. 95310 Saint-Ouen-l’Aumône) A partir du 17 novembre 2008

L’Ecole occupe une place centrale dans notre société contemporaine qui voit en elle la clé de la connaissance et de l’intégration sociale. L’effort consenti par la Nation est en rapport avec l’enjeu : depuis de nombreuses années le budget de l’Education nationale est le premier de la l’Etat. Pourtant, les maîtres s’interrogent sur la nature et l’étendue de leur mission dans une société qui exige d’eux toujours davantage. De leur côté, les responsables de l’Education nationale multiplient les réformes, signes d’une insuffisance des performances de l’institution au regard des attentes dont elle est l’objet.
Une mise en perspective de l’évolution de l’Ecole depuis qu’elle s’adresse à tous les enfants de France a semblé s’imposer pour mieux comprendre la situation d’aujourd’hui. L’intention de l’exposition n’est pas de dire que l’histoire apporterait des solutions toutes faites pour aujourd’hui mais de rappeler comment les réponses institutionnelles et pédagogiques ont été construites à chaque moment crucial de l’histoire de l’éducation. Trois problématiques majeures correspondant à trois grands moments de l’histoire de l’éducation se dégagent.

La problématique de la laïcisation de l’Ecole domine le débat scolaire de la Révolution aux lois Ferry. Comme dans tous les domaines de la vie nationale, la Révolution marque un tournant décisif. La Rapport Condorcet (avril 1792) pose le principe d’une école laïque : désormais, c’est la Nation qui assumera directement la charge de l’éducation jusqu’alors déléguée à l’un des corps intermédiaires qui caractérisaient l’Ancien Régime, en l’occurrence le clergé. Mais cette prise en charge de l’enseignement par la Nation ne signifie pas étatisation. Elle se double en effet d’un principe de liberté de l’enseignement, un temps contrarié par le monopole de l’Université impériale créée en 1808. La laïcisation de l’école, inséparable de la gratuité et de l’obligation, est réalisée par les lois républicaines des années 1880.

La deuxième problématique est celle de l’égalité des chances qui avait déjà commencé à émerger avant 1914. Mais ce n’est véritablement qu’après la Grande Guerre que la question de l’égalité des chances devient l’enjeu majeur de l’Ecole. Le passage d’un système éducatif à deux filières, celle d’une école primaire pour le peuple prolongée par un primaire supérieur, et celle du lycée s’adressant aux élites sociales et possédant son propre cycle primaire, à un système de cycles successifs met un demi-siècle à s’accomplir, ne s’achevant qu’avec la réforme du collège unique en 1975. L’accession de la majorité d’une classe d’âge au lycée dans les années 1980 s’inscrit dans le prolongement de l’égalité des chances.

La problématique actuelle peut être définie comme celle des parcours scolaires individualisés. Inaugurée par la loi d’orientation de 1989 qui met l’élève au centre du système éducatif, elle tente de prendre en charge la question récurrente de l’échec scolaire dont la fatalité n’est désormais plus acceptée par le corps social. L’accent est aujourd’hui mis sur la réussite de chaque élève ; il conduit l’institution à questionner l’acquisition des compétences, pour mieux mesurer les progrès individuels, et à mettre en place des dispositifs de rattrapage adaptés aux besoins de chacun.

La richesse des collections du Musée de l’Education du Val d’Oise le désignait pour accueillir une exposition permanente d’histoire de l’éducation. S’appuyant sur le rappel du cadre chronologique et législatif national, l’exposition est aussi le point de départ d’investigations qui caractérisent les permanences et identifient les ruptures. Mises en scène par des généalogies d’objets pédagogiques, les disciplines sont présentées tant du point de vue du renouvellement de leurs contenus que de l’évolution de leurs méthodes. L’exposition s’achève par une approche de la communauté éducative à travers la formation des maîtres et leur carrière, l’évaluation des enseignements, les parcours scolaires, la notation des élèves, les examens… Puisse cette exposition apporter aux enseignants les éléments de réflexions qu’ils sont en droit d’attendre pour se forger un point de vue sur de l’évolution de l’Ecole et ses enjeux.

Liens dans l'académie