"Et puis les touristes"

, par Solange Pierrat

LES ARCHIVES DE STRABON

Film sélectionné à Cannes dans la catégorie « Un certains regard » en 2007, prix du Film d’Histoire de Pessac en 2007, nominé en 2008 au Deutscher Filmpreis.
Film couleur, 85 minutes

Ce film, dont la problématique principale est centrée sur la mémoire et sa transmission, est sorti il y a deux ans sur les écrans, mais il va être prochainement commercialisé en DVD en version originale (allemand) sous titrée en français. Un bon point de départ pour une discussion avec nos élèves de terminales.

De quoi s’agit il donc ?
Sven, un jeune Allemand, doit faire son service civil volontaire à l’étranger. Il rêve de partir à Amsterdam, mais sa destination est la ville polonaise d’Oswiecim, Auschwitz. Là bas, il est affecté à divers taches au musée du camp de concentration d’Auschwitz Birkenau. Parmi celles-ci, il doit s’occuper d’un survivant du camp, Stanislaw Krzeminsk, âgé et malade. Il est souvent appelé au musée pour servir de témoin auprès des groupes de visiteurs. Interné pendant 4 ans à Auschwitz, il collectait entre autre les valises des déportés à leur arrivée et leurs promettait d’en prendre soin. C’est cette promesse qu’il souhaite tenir aujourd’hui. Le vieil homme veut réparer les valises, la direction du musée veut les conserver en l’état. La nuance est de taille, source d’incompréhension, de frustration entre les historiens spécialistes de la conservation des objets du musée, et l’ancien détenu 9372. Cette situation touche Sven, mais il ne sait comment aider le vieil homme, taciturne, souvent bougon, replié sur son terrible souvenir. Il n’arrive pas non plus à trouver sa place parmi les jeunes Polonais qui mènent une vie normale (Amour, rock…) dans un endroit pourtant marqué par la tragédie, mais qui ont d’autres combats à mener (Trouver du travail, partir à l’Ouest..). Sven est souvent silencieux. Non pas parce qu’il ne maîtrise pas le polonais, mais parce qu’il ne sait comment se positionner dans cet univers. Quelques petites piques ou quelques rires ne contribuent pas non plus à son ouverture. Pour certains, il est, il reste, l’ « Allemand », le « Fritz » Son malaise, visible, va croissant. Est-ce normal que la jeune fille dont il tombe amoureux gagne sa vie en racontant les atrocités du camp aux visiteurs ? Est ce normal d’envoyer des cartes postales du camp, comme de n’importe quel lieu touristique ? Est-ce normal de se promener en amoureux, sans y penser sur le chemin longeant les baraquements de Birkenau ? Est-ce normal que les jeunes apprentis allemands convoqués par la directrice commerciale du groupe allemand qui reprend l’usine chimique de la ville (un bégaiement de l’histoire) ne s’intéressent qu’au matricule tatoué sur le bras du témoin ?

Sven s’interroge, et nous aussi. Les questions sont nombreuses, mais les réponses manquent souvent. Les thèmes de discussion concernent le bien fondé ou non du tourisme de mémoire, les attitudes des générations actuelles par rapport au passé, les relations germano soviétiques passées et présentes…. Elles valent le coup d’en débattre avec nos élèves de terminales surtout L et ES qui ont le thème de la Mémoire de la seconde guerre mondiale à leur programme. Il serait judicieux d’associer à ce débat nos collègues d’allemand, mais aussi, de philosophie. Pour ce faire, on peut essayer d’organiser la projection de ce film dans le cinéma non loin de son lycée ou en présenter quelques extraits en classe

Pour vous aider dans la préparation, n’hésitez pas à consulter le site du film. Vous y trouverez un dossier de presse précieux, et de nombreux articles de journaux. La bande annonce donne déjà un bon aperçu du film.
http://www.etpuislestouristes-lefilm.com/
Le DVD pourra également être consulté et emprunté à la « Maison de l’Europe des Yvelines » à Chatou, 37 bis avenue du maréchal Foch, 78 400 Chatou Tel 01 39 52 36 21 http://www.maisoneurope78.eu

Voir en ligne : http://www.etpuislestouristes-lefil...

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)