LES TRAITES NEGRIERES, Doc photo n° 8032 - juin 2003 par Olivier PETRE-GRENOUILLEAU

, par Anne-Marie Destefanis

Professeur des universités (UBS-Lorient ; Institut Universitaire de France, Paris)

Pour dresser ce tableau historique des traites négrières, O. Pétré-Grenouilleau entre dans la complexité d’un phénomène historique en faisant le point sur les progrès de l’historiographie dans le domaine des traites occidentales plus complexes qu’un simple commerce triangulaire. Il ouvre la réflexion sur les traites orientales et africaines moins étudiées mais riches d’enseignements potentiels

L’engrenage négrier :

Après avoir défini la traite, l’auteur analyse l’apparition et les différentes formes de traite.

L’expansion musulmane est, à partir du VII° s., à l’origine des premiers véritables flux de traite. Comme pour la traite orientale, ce sont des raisons à la fois politiques et économiques qui furent à l’origine de l’essor de la traite occidentale qui se développe mille ans après. Dans les deux cas, le racisme paraît avoir été plus la conséquence que la cause de l’essor du trafic négrier. Pour légitimer cette nouvelle traite, les milieux coloniaux ne manquèrent pas d’arguments.

L’Afrique fut elle-même actrice de la traite à part entière. Seuls 2% des captifs des traites occidentales furent directement razziés par les Européens. L’esclavage était une pratique courante en Afrique noire depuis le Moyen-Age, jouant un rôle important dans le fonctionnement de nombre de sociétés africaines. Lorsque la demande occidentale augmenta, à la fin du XVII° s., la "matière première", l’esclave était là en nombre important.

Les modalités de réduction en esclavage, les liens entre structures étatiques et entrepreneurs privés, les routes de la traite changèrent peu ou pas, expliquant pourquoi les traites durèrent si longtemps. Au total, plus de quarante millions d’individus ont été réduits en esclavage par le système des traites.

Le processus abolitionniste, ou comment sortir du système négrier ?

"Combattre la traite, c’est reconnaître l’humanité du Noir". Les Lumières, et surtout les abolitionnistes anglais ont joué un rôle fondamental dans la voie qui a mené aux abolitions, à une époque où la servitude, et non la liberté, est la situation la plus courante à l’échelle de la planète. Jusqu’au XVIII° siècle on parlait d’affranchissement. A partir du dernier tiers du XVIII° siècle c’est d’abolition qu’il s’agit. Même officiellement interdite, la traite continua longtemps au XIX° siècle. Il fallut donc passer de l’interdiction à la répression.

L’abolition de la traite, puis celle de l’esclavage, ont été décrétées en Occident et appliquées aux Amériques, avant d’être exportées en Afrique noire et en Orient.

La traite dans l’histoire :

L’une des conséquences de la traite négrière fut la dispersion de populations noires à travers le monde, vers les Antilles et les Amériques, mais aussi en direction de l’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et de l’Asie.

Du point de vue économique les conséquences de la traite sur l’Occident sont très différentes des conséquences en Afrique noire et dans le monde musulman.

En Europe, l’idée d’une "accumulation primitive" nécessaire au take-off industriel est dépassée. Même s’il est à peu près avéré que les profits de la traite ont permis l’ascension de milieux marchands, on sait aujourd’hui que les taux de profits étaient très irréguliers. Les sources du développement européen sont diverses et s’enracinent dans le temps long.

Pour les Amériques, aucune étude n’a jusqu’ici montré que les industriels du XIX° siècle s’étaient inspirés du monde de la plantation coloniale comme laboratoire pour le monde industriel à naître. Les travaux sur la révolution industrielle insistent sur la longue maturation qui fut nécessaire à la mise en place des formes propres au travail industriel.

En Afrique l’esclavage s’est progressivement développé, jusqu’à devenir, en certaines régions un mode de production essentiel à la fin du XIX° siècle. Ces régions parviennent au terme d’une certaine logique de développement, brisée par la conquête coloniale.

Dans l’économie du monde musulman, les esclaves noirs ont joué un rôle important, accomplissant des tâches très variées : dans la vie agricole, les villes, l’extraction minière, l’armée.

Utilisation pédagogique :

- Aux 18 transparents commentés dans le dossier, s’ajoutent des propositions de travaux qui offrent aux enseignants de nombreuses possibilités d’activités. Thèmes et documents

- Consulter également "les plus de la rédaction" (carte animée, découverte interactive d’un port négrier, sources littéraires, témoignages et cours d’histoire en anglais pour un travail croisé avec les professeurs de langue) sur le site :

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/revues/dp/plus8032/lesplus8032.shtml

Anne-Marie DESTEFANIS

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)