[Première] Aborder la recomposition des systèmes productifs français

, par Astrid Ollivier

Les questions de mémorisation, compréhension et restitution de notions ou éléments de connaissance ouvrent de nombreuses pistes de mise en œuvre. Les conditions actuelles d’enseignement à distance nous encouragent à explorer de nouvelles modalités qui brisent la répétition de pratiques habituelles.

Présentation de la mise en œuvre

Cette proposition s’inscrit dans le Thème 2 de géographie de première (« Une diversification des espaces et des acteurs de la production »), dans la question spécifique sur la France.

Le point de départ du travail est l’envoi de deux croquis de synthèse, sur différents types d’espaces productifs en classe. Ils peuvent être tirés de manuels, comme c’est ici le cas (les manuels sont gratuitement en ligne pour favoriser la continuité pédagogique). Il s’agit d’un travail de rédaction où, à l’inverse d’une épreuve d’E3C, les élèves doivent transformer un croquis en texte. Il est également possible, pour le professeur, de construire, scanner et envoyer son propre croquis

L’exercice proposé a plusieurs objectifs :

  • nommer et localiser les grands repères géographiques ainsi que les principaux processus et phénomènes étudiés ;
  • savoir lire, comprendre et apprécier une carte ;
  • utiliser une approche géographique pour mener une analyse ;
  • travailler de manière autonome (en fonction des consignes données et d’un calendrier de travail).
Espaces productifs - fiche élève

Pistes pour l’évaluation

La grille d’évaluation contenue dans la fiche élève ne donne pas nécessairement lieu à une note : elle permet d’abord de rendre les attentes explicites. En fonction du projet, il peut s’agir d’une évaluation formative voire sommative s’il y a déjà eu un entrainement mais dans tous les cas, elle est informative.

Analyse de la mise en œuvre

Ce travail permet aux élèves de s’approprier le cours, c’est-à-dire à la fois de la mémoriser et de le comprendre. Il offre aussi une occasion de rédiger, dans le cadre d’une progressivité puisque l’organisation de cet écrit (le plan de la légende) et les contenus (faits géographiques et localisation) sont fournis, avec le vocabulaire approprié.
Il peut être mené sur toutes les thématiques de géographie et même d’histoire à partir de tout type de support cartographique. Les consignes sont passées clairement aux élèves et les objectifs en termes de capacités et méthodes sont explicites.

Le travail peut être mené en binômes ou seul, l’expérience récente montrant que le travail de groupe est plus difficile à organiser à distance.
Il peut être prolongé par un autre travail : chaque moitié de classe reçoit les rédactions de l’autre moitié de la classe et doit dessiner le croquis correspondant, après correction par le professeur si certains écrits ne sont pas suffisamment compréhensibles. Il est alors intéressant d’observer qu’un même texte peut donner lieu à des croquis différents.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)