Panthéon 2015 : les élèves du collège de Lardy rendent un hommage en vidéo à Germaine Tillion

, par Isabelle Schneider, Renaud Vella

Les élèves du collège Germaine Tillion de Lardy ont remporté le concours Panthéon 2015 mis en place à l’occasion de la panthéonisation de quatre résistants. Les enseignants ayant participé au projet ont rédigé un compte-rendu de la démarche qui a mené à la réalisation de la vidéo primée.


À l’occasion de l’entrée au Panthéon de Geneviève de Gaulle Anthonioz, Germaine Tillion, Pierre Brossolette et Jean Zay, le 27 mai 2015, le Ministère de l’Éducation nationale et le réseau Canopé ont organisé, en collaboration avec le Centre des Monuments Nationaux (CMN), un concours national à destination des établissements scolaires portant le nom de l’une de ces quatre personnalités. Notre collège portant le nom de Germaine Tillion, Mme Lagier-Poubanne, notre principale, nous a encouragés à y participer.

Source : Wikimédia Commons / Auteur : Ecemaml

Il s’agissait de proposer aux élèves de réaliser collectivement, en l’espace de cinq semaines, une production artistique de forme libre brossant le portrait de celle dont notre établissement porte le nom. Quelle que serait la forme artistique choisie, ce projet devait prendre la forme d’une vidéo d’une durée maximum de trois minutes.

Les objectifs étaient les suivants : contribuer à mieux faire connaître la vie de cette personnalité, favoriser l’appropriation par les jeunes générations des valeurs républicaines qui sous-tendent une entrée au Panthéon, proposer un projet transdisciplinaire mêlant éducation artistique et culturelle, mémoire et citoyenneté.

Nous sommes quatre professeur-e-s à avoir accepté de relever le défi :

  • Mme Chaussard, professeure d’arts plastiques,
  • Mme Lombardi, professeure de lettres,
  • Mme Schneider, professeure d’histoire-géographie et coordinatrice de l’ULIS du collège,
  • M. Vella, professeur d’histoire-géographie.

Il nous fallait saisir cette occasion : l’Histoire et l’actualité allaient se rencontrer, Germaine Tillion pourrait enfin « habiter » notre collège, nous avions envie de travailler ensemble.
Nous avons sollicité trois classes : une de 4e et deux de 3e (le projet faisant écho à leurs programmes d’Histoire et d’éducation civique) ainsi que quelques élèves d’autres niveaux du dispositif ULIS. Pour la classe de 4e, c’était aussi l’occasion de tenter de mobiliser et de fédérer des élèves peu investis dans leur scolarité.

Nous avons abordé l’histoire de Germaine Tillion en classe, à travers des recherches menées par les élèves eux-mêmes. Il nous paraissait important de laisser ces derniers « faire connaissance » librement avec cette figure de la Résistance et de n’intervenir, a posteriori, que pour mieux leur permettre d’estimer leurs sources, de replacer les informations trouvées dans leur contexte historique, de discerner ce qui justifiait cette entrée au Panthéon.

Les élèves ont imaginé différentes propositions et nous leur avons fait quelques suggestions pour exploiter les fruits de leurs recherches : c’est à partir de toutes ces pistes que le travail créatif a pu commencer.
Par petits groupes de volontaires ou bien en classe entière, en dehors ou durant les cours d’arts plastiques, de français, d’histoire-géographie- éducation civique ou de remédiation ULIS, les élèves ont :

  • écrit des textes, des poèmes et des calligrammes racontant la vie de Germaine Tillion ;
  • conçu et imprimé des affiches s’inspirant de « Je suis Charlie » et déclinant les qualités essentielles de Germaine Tillion ;
  • réalisé un diaporama enchaînant des photographies de Germaine Tillion à tous les âges et moments-clés de sa vie ;
  • cherché des musiques extraites de l’opérette « le Verfügbar aux enfers » écrite par Germaine Tillion à Ravensbrück ;
  • collecté des citations de Germaine Tillion pour choisir celle qui deviendrait, inscrite sur un mur, la devise de leur collège ;
  • retravaillé des portraits de Germaine Tillion à la façon d’Andy Warhol ;
  • décomposé numériquement puis reconstruit sur des dizaines de cartons le visage de Germaine Tillion.

Source : Vidéo Panthéon 2015 du collège Germaine Tillion de Lardy

Chaque étape était photographiée ou filmée et donnait lieu à différentes tentatives d’exploitation plus ou moins réussies :

  • enregistrements de la lecture des textes et autres poèmes ;
  • essais de « chorégraphies » présentant les affiches (avec l’aide d’un professeur d’EPS) ;
  • photographies de groupes où chaque élève brandit une affiche évoquant une qualité de Germaine Tillion traduite dans toutes les langues vivantes enseignées dans l’établissement (avec l’aide des professeurs concernés) ;
  • recomposition « géante » dans la cour du visage de Germaine Tillion (avec l’aide de tout le collège).

Nous avions imaginé un scénario initial mais nous avons rencontré différents obstacles nous conduisant à revoir notre « itinéraire ». Par exemple, les photographies, tout comme les musiques retenues, n’étaient pas toutes libres de droits. Le respect des droits d’auteur est donc venu illustrer les cours d’éducation civique mais a entravé notre marche.

Notre vidéo relate finalement la vie de Germaine Tillion sur une libre interprétation par Nino Vella d’ « Au Clair de La Lune » (une des mélodies de l’opérette), à travers des textes réussis, quelques affiches maladroitement filmées ou photographiées et un essai presque abouti de reconstitution de son portrait géant dans la cour du collège. La sincérité des émotions exprimées par les élèves l’emporte indéniablement grâce à l’habile montage professionnel fait par Hasimbola Rasolofo.

Avant même la publication du palmarès, nous étions satisfaits car nous avions le sentiment d’avoir accompli ce devoir transdisciplinaire de mémoire ; la personnalité de Germaine Tillion nous avait tous conquis et nous avions gagné le concours … d’élèves jusque-là peu investis mais qui, pour ce projet, se sont engagés.


Germaine Tillion : Collège de Lardy, académie... par eduscol



Les professeurs du collège Germaine Tillion de Lardy ayant mené le projet
Virginie CHAUSSARD, professeure d’arts plastiques
Léa LOMBARDI, professeure de lettres
Isabelle SCHNEIDER, professeure d’histoire-géographie et coordinatrice de l’ULIS
Renaud VELLA, professeur d’histoire-géographie

Les intervenants extérieurs ayant gracieusement apporté leur aide au projet
Hasimbola RASOLOFO, réalisateur
Nino VELLA, compositeur-interprète

Jean-Pierre Greber, médiateur numérique à l’Atelier Canopé Évry

Voir en ligne : Dossier sur le concours de vidéos "Panthéon 2015" (site éduscol)

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)