Le mot de l’inspection

, par le groupe des IA-IPR d’histoire-géographie

Lundi 20 avril 2020

Chères et chers collègues,

Le contexte particulier de l’enseignement à distance qui s’impose à tous depuis plus d’un mois rend cruciale la capacité des élèves à travailler de manière autonome, quel que soit leur environnement social et familial. Or l’autonomie ne peut pas, même au lycée, être considérée comme un pré-acquis. Dès lors, nous sommes amenés à réinterroger les pratiques, la posture pour guider les élèves dans l’acquisition progressive de cette compétence.

Dans cette perspective, voici quelques pistes concrètes issues de l’expérience des professeurs chargés de mission auprès de l’Inspection d’histoire-géographie. Cette réflexion s’inspire également du travail de Peggy Foulon, « Comment concevoir un enseignement à distance ? », dont il reprend les grands axes de réflexion.

En effet, rendre les élèves plus autonomes dans leur travail c’est leur permettre tour à tour de :
- se repérer dans les ressources et les attentes des professeurs ;
- s’auto-évaluer et réfléchir à leurs stratégies d’apprentissage ;
- mobiliser les aides proposées ou faire des choix pour mener à bien leur travail.

Devenir autonome : se repérer dans les ressources et les attentes des professeurs

Faciliter l’accès aux ressources
Avec un accès inégal aux supports numériques tant du point de vue technique que des usages, les élèves peuvent avoir du mal à trouver leurs repères parmi les différents outils utilisés. Dès lors, une certaine harmonisation à l’échelle des équipes pédagogiques peut être facilitante.

L’idée est de rester au plus près des habitudes des élèves, en utilisant au maximum les outils de l’ENT. Outre le cahier de texte qui constitue la trame du cours et renseigne l’élève sur sa charge de travail, cet environnement nous permet de déposer les ressources (création d’un dossier classe dans ”espace documentaire”) et de récupérer les travaux des élèves (”casier” ou message aux professeurs). Ainsi nous réduisons le recours aux mails qui est très chronophage et source d’erreurs. Les élèves ont également à leur disposition un « padlet » de secours dont les codes ont été transmis aux parents d’élèves par mail en cas de défaillance de l’ENT. Nous avons réalisé un petit tutoriel à destination des professeurs et des familles qui étaient peu familiarisés avec ces outils.
Face à la diversité des conditions matérielles du travail à la maison, le manuel papier constitue un recours appréciable car il est un outil habituel pour les élèves et dont ils disposent à domicile. Ceux-ci pourront utilement s’appuyer dessus pour travailler sur les documents, appréhender les connaissances essentielles d’une séquence à travers la lecture des pages de leçons, ou se tester à partir des exercices de révisions proposés à l’issue des chapitres, et ce sans avoir à effectuer des impressions ou à demeurer longtemps face à leur terminal.

Guider la capacité à planifier
Cette capacité est un réel objet d’apprentissage ; elle suppose un travail de scénarisation en amont

En collège, le fractionnement des tâches et un retour fréquent du professeur est nécessaire. Je rythme le travail des élèves, au fur et à mesure de la semaine en suivant les créneaux de l’emploi du temps, qui reste le meilleur repère pour eux. Pour le chapitre d’EMC « Grandir en étant responsable » en 6°, j’ai établi une feuille de route découpé en plusieurs temps : chaque temps se compose d’un exercice puis de la fiche-leçon transmise après lecture de la correction et d’un temps nécessaire de mémorisation. L’élève accède ensuite au second temps, et ainsi de suite. Cela permet une progressivité du travail des compétences et des apprentissages.
En lycée : je distribue une « feuille de route » hebdomadaire avec des exercices d’entrainement, des éléments de cours et une tâche à rendre en fin de semaine. Les élèves sont libres de s’organiser sur la semaine.

Aider les élèves à organiser eux-mêmes leur travail nécessite de clarifier le volume et les objectifs de ce qui leur est demandé

Il semble raisonnable de s’entendre en équipe sur les exigences et la charge de travail, plus encore qu’à l’accoutumée. Plutôt que de donner systématiquement un travail qui équivaudrait au temps passé en présentiel, il s’agit par exemple en collège de proposer au maximum 2 tâches d’une vingtaine de minutes par discipline et par semaine, avec des objectifs explicites en lien avec les connaissances mais aussi les compétences déjà travaillées en classe, et des consignes claires et précises.

Il s’agit là d’un point de vigilance très important, pour éviter le risque de surcharge et son corollaire, le découragement voire le décrochage des élèves.

[Terminale] Travailler la composition et traiter une séquence de géographie – le découpage précis des étapes permet aux élèves de voir les différentes étapes et facilité leur organisation
[HGGSP] L’affaire Dreyfus et la presse : proposition de séquence – le minutage des différentes étapes, estimé par le professeur, permet à l’élève d’organiser ses places de travail.

Pour prendre en compte la fracture numérique et le risque accru d’isolement de certains élèves, le recours à l’appel téléphonique reste un moyen privilégié d’action.

En collège, j’appelle deux fois par semaine les familles pour savoir si tout se passe bien, si l’élève a trouvé son rythme de travail et pour répondre à des questions techniques ou pédagogiques.

Devenir autonome : développer des stratégies d’auto-évaluation et les compétences métacognitives

L’enjeu est de proposer un « fil directeur » suffisamment explicite sur les connaissances à mobiliser et sur les capacités travaillées. Les “fiches objectifs” classiquement distribuées en début de séquence restent pour cela un outil important dans le contexte de l’enseignement à distance ; elles pourront en outre être remobilisées au moment du retour en classe. Fort de ces objectifs, l’élève peut travailler à partir de nombreux exerciseurs, utilisés comme une porte d’entrée vers des compétences métacognitives.

Tester les connaissances avec quizz et QCM

Ce testing renseigne l’enseignant sur le degré de compréhension des nouvelles notions abordées à distance. Il donne aussi à l’élève un retour immédiat sur son apprentissage (feedback). En cela ce multitesting est une stratégie pour que les élèves acquièrent de nouvelles connaissances par mémorisation active. Il les aide à mesurer le chemin parcouru et les invite à poursuivre leurs efforts.

Sur ELEA, je paramètre l’application pour que le quizz soit réalisé en temps limité. Ainsi, les élèves sont obligés de le faire sans recours au cahier. C’est pour eux un objectif de fin de semaine : s’ils ont bien effectué les exercices préparatoires et rendu le travail demandé, ils vont pouvoir vérifier le niveau atteint. Ensuite, une fois le corrigé effectué, je leur laisse la possibilité de recommencer plusieurs fois, à leur rythme.

[HGGSP] L’affaire Dreyfus et la presse : proposition de séquence : les feedbacks qui accompagnent chaque question du QCM permettent d’ancrer les connaissances en les testant.
[Terminale STMG] Le multipartisme en France – la seconde partie du cours à distance débute par un petit test, qui peut être en ligne ou sur papier (en cas de difficultés de connexion) : le QCM est intégré comme un moment en autonomie dans la classe virtuelle.

Encourager la métacognition par des sondages
N. Delvolvé nous rappelle « [qu’] un des meilleurs prédicteurs de la réussite scolaire est […] la capacité de l’élève à réfléchir sur ses connaissances et à comprendre les raisonnements qu’il engage pour utiliser et construire de nouvelles connaissances. Il faut donc rendre les élèves conscients des stratégies d’apprentissages qu’ils mettent en œuvre pour apprendre et comprendre le monde » [1] . Le recours à des sondages permet à l’élève d’affiner sa perception des objectifs du cours et de réfléchir à ses méthodes d’apprentissage : savoir comment on travaille permet de mieux avancer.

En fin de semaine, les élèves répondent à un court sondage sous forme de QCM sur la manière dont ils ont (ou pas) respecté le planning donné : As-tu travaillé la discipline cette semaine ? A quel rythme ? As-tu mémorisé les leçons ? As-tu fait cet exercice avec ou sans aide ? etc… Ainsi, ils prennent conscience des compétences développées, des progrès possibles. En outre cela me permet d’avoir un retour précis sur les élèves en difficulté sur une capacité donnée, et de valoriser les progrès réalisés.

Devenir autonome : prendre conscience de ses atouts et points de progrès, faire des choix

La différenciation est essentielle dans l’enseignement à distance, pas uniquement pour les élèves les moins performants. Donner des choix (support de production, aide ou ressource complémentaire à mobiliser) aussi une manière de développer l’autonomie.

Le confinement et les modalités du travail à distance ont tendance à favoriser le recours à l’écrit ce qui met certains élèves en grande difficulté. Pour vérifier leur compréhension, je propose ponctuellement à certains de s’enregistrer et de m’adresser le fichier s’ils sont plus à l’aise.
Lorsque la compétence visée est l’expression écrite, l’utilisation de pad collaboratif (EDUPAD de l’ENT) permet aux élèves de mutualiser leurs réponses, de les confronter et l’ensemble des réponses peut servir de support à la rédaction de synthèses personnelles. Les élèves en difficulté peuvent ainsi se sentir moins seuls face à leur difficulté, davantage saisir les questionnements et peuvent trouver dans les réponses proposées par leurs camarades d’utiles étayages.

La classe virtuelle en petit groupe permet aux élèves de se connecter s’ils estiment en avoir besoin :

J’organise une sorte de "veille" hebdomadaire pour une aide ponctuelle et facultative en CV sur un créneau consensuel, régulier et connu de tous les élèves, par classe/niveau de classe.

Pour ceux qui souhaitent approfondir : parmi les multiples ressources en ligne, le site Educ’Arte permet de cibler le niveau d’enseignement, le thème, d’importer les émissions dans l’ENT et même le découpage vidéo.

J’ai créé un compte Educ’ARTE dont je donne les identifiants à toute la classe pour mettre à leur disposition les émissions qui présentent un intérêt pour le programme. Par exemple, les petites capsules de l’émission Karambolage.

Quelques liens utiles :
• Peggy Foulon sur l’enseignement à distance ;
• évaluer avec des QCM interactifs en histoire-géographie ;
• repenser les temps pédagogiques, publication IPR-DANE ;
• les nombreuses conférences en ligne des « jeudis de la recherche » sur le site de la DANE (sur la motivation, la scénarisation dans le travail à distance…) ;
• offre Educ’arte.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)