[HGGSP] L’affaire Dreyfus et la presse

, par Arnaud Beillard

Cette proposition reprend une démarche de cours classique à laquelle les élèves sont habitués. Il s’agit en effet d’assurer l’accrochage d’élèves pas toujours motivés, en adoptant une démarche proche de celle qui est pratiquée d’ordinaire : maîtriser des connaissances – en quantité limitée – et travailler une capacité déjà abordée de nombreuses fois, à savoir « procéder à l’analyse critique d’un document », cette fois-ci à l’écrit.

Présentation de la mise en œuvre

  • Le 1er temps repose sur la transmission d’une fiche de cours et surtout sur un QCM déposé sur l’ENT « mon lycée » pour tester la mémorisation et la compréhension par les élèves. Ils s’autoévaluent avec l’explicitation des bons choix proposés en correction, mais aussi un retour sur les réponses erronées qu’ils auraient pu choisir.
  • Le 2nd temps permet de réinvestir des connaissances (celles de la fiche, mais aussi des nouvelles données sur la fiche ou figure le document, mais qui ne sont pas à mémoriser) pour bien montrer qu’un document ne s’analyse qu’avec des arguments précis. Une différenciation est proposée pour l’analyse avec des trois possibilités : une consigne très ouverte, une consigne plus guidante et un dernier exercice qui ne demande qu’une introduction puisque ce volet avait commencé à être vu en classe.

Analyse de la mise en œuvre

Le QCM permet d’accrocher les élèves sous une forme un peu ludique : ils le font presque tous car cela leur permet de s’autoévaluer, y compris des élèves en difficulté. De surcroit, il a été indiqué que les QCM seraient retravaillés dès le retour en classe et donneraient lieu à une évaluation sommative simple, ce qui représente une source de motivation supplémentaire : cette séquence s’inscrit aussi dans l’après, même si sa date demeure hypothétique.

Si les QCM sont longs à réaliser pour le professeur, surtout avec les feed-backs, leur avantage est triple puisqu’ils apportent :

  • une dimension ludique et très accessible pour les élèves ;
  • un décompte des points automatique, permettant de voir ce qui a ou n’a pas été assimilé, et surtout de voir quels élèves ont fait l’activité et les relancer très facilement pour le professeur
  • l’obtention d’un « score » qui ludifie un peu la pratique pour les élèves ;
  • des questions qui testent des capacités de nature différente (mémorisation, compréhension, analyse).
    La limite entre compréhension (du cours ou du document) et l’analyse est plus floue. Il peut s’agir de la compréhension d’un mot (question 11) ou de la compréhension du document globalement, de son intention. Les deux supposent d’utiliser des connaissances extérieures au document, de façon plus nette encore pour l’analyse.
    Ce QCM-ci met souvent en évidence que la mémorisation de base est acquise, mais pas la compréhension, ce qui est très net dans les questions consacrées à la caricature. Deux indications accompagnent les questions :
  • une indication sur la réponse attendue (combien de cases cocher) ;
  • des indications sur la bonne réponse. L’élève ne les voit qu’une fois qu’il a répondu, mais cela lui permet de comprendre sa réussite ou d’apprendre de son erreur. Ce feed-back est important pour consolider les apprentissages.
    Cette démarche a aussi l’avantage d’habituer les élèves à travailler par l’ENT, sans pour autant avoir besoin d’une connexion internet de grande qualité. Les questions/réponses, sur un fichier Word classique, sont également envoyées via les adresses mails personnelles récupérées en début de confinement pour les élèves qui rencontraient des difficultés à se connecter à l’ENT.

En revanche, le retour des analyses de document est plus contrasté. Seule la moitié des élèves fait un retour dans le laps de temps imparti (une semaine, d’un cours à l’autre), avec néanmoins pour la très grande majorité de ces derniers un bon réinvestissement des principes de l’analyse. Avec les connaissances à disposition, ces lycéens produisent des écrits de qualité.

Temps estimé pour l’appropriation des connaissances avec le QCM = environ 1h30.

Liste des documents associés

Fiche de cours Dreyfus et la presse
QCM Dreyfus et la presse
Analyse critique de document

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)