[Terminale STMG] Le multipartisme en France

, par Marguerite Graff

Cette proposition montre comment construire une séance en classe virtuelle, tout en évitant l’écueil du monopole de la parole, soit par le professeur, soit par certains élèves « grands parleurs » et en ménageant des phases de travail en autonomie.
Centrée sur le moment de la classe virtuelle et la question de l’engagement des élèves qui se connectent, elle aborde aussi la question du travail asynchrone.

Présentation de la mise en œuvre

La proposition s’inscrit dans la question obligatoire « L’évolution de la Ve République » du chapitre 3 « La France sous la Ve République » et cible les notions « droite / gauche » et « parti politique ».

Temps en amont du cours à distance - Les élèves reçoivent en amont du cours, par l’ENT ou via un courriel, quelques lignes à copier dans leur cahier.
Première partie du cours à distance - La leçon débute par le visionnage d’une courte vidéo, qui est accompagnée de deux questions simples. Au bout d’un petit quart d’heure, la leçon débute par la mutualisation de ces réponses. Les élèves rédigent ensuite une courte synthèse qu’ils envoient à leur professeure, reproduisant ainsi à distance les phases de travail en autonomie d’un cours en présentiel.
Seconde partie du cours à distance – Il débute par un petit test, avec une série de phrases à classer à droite ou à gauche. Il est ici présenté sous une forme classique, papier, mais il pourrait aussi être mis en ligne sous forme de QCM. Les réponses sont une base d’échanges pour la suite du cours.

Les objectifs

Le cours permet d’avancer dans la maîtrise de connaissances qui pourront être reprises et consolidées par la suite, en cas de reprise des cours. Et ce d’autant plus que la compréhension est ici visée, au-delà de la simple mémorisation. Il invite à croiser les connaissances acquises précédemment, dans un cadre scolaire ou non, avec des définitions qui les enrichissent ou les corrigent.

Analyse de la mise en œuvre

La propostion se centre sur les temps de classe virtuelle mais suppose aussi un aspect synchrone, qui peut ne pas convenir à tous les élèves. Cela permet néanmoins un engagement plus important des élèves, n élément d’autant plus important que les élèves de STMG, surtout dans la perspective du baccalauréat en contrôle continu, ont tendance à moins s’engager dans le travail à distance en histoire-géographie que les lycéens d’autres séries. Elle est ici proposée sous une forme très classique, mais il est possible d’en imaginer des variantes, par exemple avec un QCM comportant un feed-back pour le test, pendant ou après la classe.

Liste des documents associés

1 – Partis politiques terminale STMG – cours
2 – Partis politiques terminale STMG – corrigé
3 – Mini-test droite-gauche

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)