Mettre en œuvre les parcours avenir et citoyen dans un projet inter degré

, par Valérie Kéruzec

Objectifs et problématique

Les classes de troisième et de seconde sont deux moments charnières de l’orientation : l’élève est confronté à des choix qui dépendent de ses résultats mais qui peuvent aussi être influencés par de multiples facteurs externes et par des représentations, notamment de genre. Sensibiliser les élèves à cette dernière problématique est un enjeu important dans le cadre de nos enseignements aussi bien au collège qu’au lycée. Savoir ce que les un.e.s et les autres font devient dès lors important. Dans les faits, la liaison collège-lycée est souvent insuffisante car difficile à mettre en place : le lycée Robert DOISNEAU (Corbeil-Essonnes) accueille des élèves de nombreux collèges du secteur. De plus, les options parfois rares qu’il propose agrandissent sa zone de recrutement. Identifier les interlocuteurs pour créer une liaison collège-lycée s’avère donc délicat. Néanmoins, dans le cadre d’une réflexion sur le projet d’orientation, cette liaison peut être renforcée et mise en valeur. Les parcours Avenir et Citoyen s’insèrent aisément dans cette perspective.

Contexte

Des collègues de Lettres du collège Rosa PARKS à Villabé, Barbara MALENFANT et Céline THIERY, référentes parcours Avenir au sein de leur établissement, ont fondé leur programmation sur la prise de conscience de stéréotypes sociaux dans le cadre de l’orientation. C’est autour de cette problématique que nous avons décidé de monter notre projet. L’entrée par des concours est intéressante dans la mise en œuvre des parcours. Ce projet inter degré s’articule autour des parcours Avenir et Citoyen. Il concerne deux établissements : le lycée Robert DOISNEAU à Corbeil-Essonnes et le collège Rosa PARKS à Villabé et il mobilise trois classes : une classe de seconde et deux classes de troisième. Chaque classe concernée par le projet participe à un concours différent :
-  Buzzons contre le sexisme (seconde) ;
-  L’avenir s’imagine (une troisième) ;
-  Je filme le métier qui me plaît (autre classe de troisième) ;
La compétence centrale travaillée dans les différentes classes est "coopérer au sein d’un projet de classe / prendre part à une contribution collective".

Mise en œuvre

Au lycée, cette séquence part du programme en EMC « Égalité et discrimination » en ciblant le sexisme dans l’exemple de la mise en œuvre. Des travaux de groupe sont menés pour aborder 4 études de cas afin de travailler sur le combat pour l’égalité. Les thématiques abordées sont celles proposées par le manuel Magnard de Seconde.
- Simone VEIL, une vie au service de l’égalité ;
- Les inégalités entre les hommes et les femmes aujourd’hui ;
- Les inégalités de recrutement dans l’armée ;
- L’éducation face aux inégalités entre les filles et les garçons ;

À l’issue, les élèves travaillent à la réalisation d’une gazette. Ce travail permet la mise en œuvre des compétences liées à l’EMC et l’EMI :
- Identifier et expliciter les valeurs éthiques et les principes civiques en jeu ;
- Développer l’expression personnelle ;
- S’impliquer dans un travail de groupe ;
- Acquérir de l’autonomie dans les apprentissages ;

Au cours du mois de mai, les collégiens et les lycéens doivent se réunir autour d’une table ronde afin d’échanger sur leur expérience respective.
Au-delà du projet initial qui vise à faire réfléchir des élèves de cycles différents sur un thème commun, cette séquence sur le sexisme permet d’établir des passerelles entre les parcours Citoyen et Avenir.

Vous trouverez ci-dessous la présentation détaillée de la mise en œuvre. Nous vous signalons aussi l’article de Strabon proposant un cheminement dans le programme de troisième à partir de l’exemple de Simone Veil.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)