[Collège] Le monde au temps de la guerre froide : comprendre et produire un écrit de synthèse

, par Emilie Chalhon

Comment poursuivre l’enseignement d’un chapitre entamé en classe ? Comment fractionner travail et consignes pour sécuriser les apprentissages ? Comment jouer sur la dimension collaborative pour maintenir l’intérêt des élèves ?
À ces questions générales, la proposition ci-dessous apporte quelques pistes de résolution.

Présentation de la mise en œuvre

Déroulement
Au moment de partir en confinement, j’avais commencé avec mes élèves de troisième le chapitre sur la Guerre froide. Nous en étions à évoquer le cas de l’Allemagne et de Berlin pendant la Guerre froide. Habituellement je les fais travailler en groupe.

J’ai donc décidé de découper mon activité en trois parties (l’après-guerre, le blocus de Berlin et enfin la construction du Mur et ses conséquences).
J’ai divisé la classe en trois équipes composées d’élèves de niveaux différents. Chaque équipe était responsable d’une partie.
J’ai envoyé le travail aux élèves étape après étape, en trois « séances » :
- à chaque étape, les élèves recevaient deux ou trois documents de nature différente (un texte et une carte ou une photographie) et leur seule consigne était de me renvoyer (via un casier de dépôt dans le cahier de textes de l’ENT) quelques phrases m’indiquant ce qu’ils avaient retenu de ces documents. Je sélectionnais quelques propositions et je les renvoyais avec les documents de l’étape suivante ;
- pour les élèves qui n’avaient rien à me renvoyer, il fallait lire le compte-rendu de l’étape fait par leurs camarades et prendre connaissance des documents.

Au bout des trois séances, je leur ai demandé de construire un schéma ou de rédiger un texte pour me montrer que ce qui se passait à Berlin était un bon exemple de la guerre froide. Les élèves ne se sont servis que de ce que leurs camarades avaient rédigé. Le résultat est une production globale collaborative.

Compétences travaillées
- analyser un document : comprendre le sens général d’un document ;
- analyser un document : extraire des informations pertinentes pour répondre à une question ;
- coopérer.

Analyse de la mise en œuvre

Travail des élèves et stratégie d’enseignement à distance
La plupart des élèves ont rédigé une réponse ou fait un schéma. 27 élèves sur 30 ont participé ; ils se sont montré motivés et tous soucieux de bien faire en ce début de confinement.

Cette proposition d’activité répond à des points d’attention de l’enseignement à distance :
- soutenir la motivation et l’engagement des élèves par des activités qu’ils se sentent capables de faire. Le fait que je ne leur demande pas directement de rédiger a beaucoup aidé ceux qui ont du mal à écrire. De même, ne demander que « qu’avez-vous compris de ces documents ? » permet que tous, même les plus faibles, envoient une réponse (et me permet de mieux juger de leur compréhension) ;
- soutenir par une activité adaptée, fractionnée, en expliquant le lien entre les différentes étapes du travail ;
- soutenir l’engagement individuel dans la tâche en proposant une coopération puis l’utilisation des travaux produits par chaque « équipe » pour la production finale.
Chaque élève est ainsi responsabilisé puisque il a à produire et que les autres élèves ont besoin de sa production ; dans le même temps, chacun se sent soutenu par le travail de ses camarades : c’est tout le bénéfice d’une démarche réellement coopérative, même à distance.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)