Retrouver les soldats de la Grande Guerre inscrits sur un monument aux morts

, par Isabelle Attard, Jean-Christophe Blanchard

Lors de la Première Guerre mondiale, la France a mobilisé 7,9 millions de combattants. À la fin du conflit on compte 4,3 millions de blessés et 1,4 million de morts et disparus. Ce bilan est souvent abstrait pour les élèves et il est important de pouvoir incarner ces millions de soldats transformés par leur expérience combattante. Les registres matricules du bureau de recrutement de Versailles versés aux Archives départementales des Yvelines par le service de l’armée de terre constituent une source facilement exploitable par les élèves afin de retracer le parcours de ces hommes.
Qu’est-ce qui dans votre quotidien, peut évoquer le premier conflit mondial ? À cette question, les élèves peuvent facilement penser au monument aux morts qui est présent dans chaque commune. On peut poursuivre le questionnement en les invitant à réfléchir sur la dimension mémorielle de celui-ci. Ils en arrivent à la conclusion qu’aujourd’hui, pour eux, la liste des noms qui y est inscrite est peu évocatrice. Ils peuvent alors retrouver qui étaient ces soldats morts pour la France.
La liste des soldats sur lesquels les élèves travaillent peut être relevée directement sur le monument ou via le site de l’Université de Lille :

https://monumentsmorts.univ-lille.fr/

Ensuite, les élèves peuvent trouver les fiches matricules des soldats concernés en consultant sur le site des Archives départementales des Yvelines les registres d’incorporation militaire.
Celles-ci nous indiquent leur état civil, leur description physique, éventuellement des renseignements sur leurs capacités, et leur degré d’instruction noté de 0 à 5 : (ne sait ni lire ni écrire / sait lire seulement / sait lire et écrire / possède une instruction primaire / a obtenu le brevet de l’enseignement primaire / bachelier, licencié etc.)
Surtout, les élèves découvrent avec précision la façon dont les soldats ont participé à la guerre. Par exemple, le soldat Auguste Louis Agassant mobilisé au 36ème régiment d’infanterie le 4 aout 1914 est porté disparu à Berry-au-Bac le 23 septembre de la même année. Comme il est présumé tué ou prisonnier, un secours de 200 F est accordé à son épouse en mars 1916. Il est officiellement déclaré décédé le 27 mai 1920.

http://archives.yvelines.fr/arkotheque/client/ad_yvelines/incorporation_militaire/

Au collège, il est préconisé en classe de troisième dans la fiche ressource d’accompagnement du thème L’Europe un théâtre majeur des guerres totales d’utiliser « nombre de ressources internet permettant d’aborder ces questions par divers biais : le témoignage, les parcours personnels, la mémoire, la photographie, les archives, etc. Il s’agira déjà, pour les élèves, d’utiliser les ressources numériques offertes par ces sites, éventuellement de réaliser des productions ».
Au lycée, une mise en commun de l’ensemble des dates et lieux de disparition des soldats recherchés permet d’introduire trois des quatre points de passage du premier chapitre du thème La Première Guerre mondiale : « le suicide de l’Europe » et la fin des empires européens.

Pour aller plus loin :
Yves Buffetaut Retrouver un soldat de 1914-1918 et le détail de ses quatre années de guerre publié en 2013 aux éditions Archives & Culture.
Le jeu sérieux Gueule d’Ange des Archives Départementales des Yvelines.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)