Élaborer une séquence à distance : un exemple en histoire « Affirmation et mise en œuvre du projet européen »

, par Delphine Sallez

La mise en place de cette séquence de troisième se déroule en deux temps et peut constituer un travail à distance avec les élèves sur une période d’une dizaine de jours.
Cette démarche peut être réutilisée pour d’autres séquences à la fois en histoire et en géographie.

Etape 1 : Utilisation du manuel et travail autonome des élèves

Objectif 1 : comprendre comment la construction européenne s’est mise en place
Les élèves travaillent à partir de leur manuel Le livre scolaire (Docs 2-4-5 p.175 + aide la compréhension du cours p.179) :
- à l’aide de la page 179, ils doivent identifier les étapes de la construction européenne ;
- à l’aide des documents pages 174-175, ils doivent ensuite identifier ensuite les enjeux de la construction européenne.

Après la lecture des documents, les élèves doivent compléter un schéma simple (envoi en PDF mais aussi en word pour qu’ils puissent le faire sur leur ordinateur) qui retrace les étapes de la construction européenne : ce schéma leur sert de trace écrite. Le schéma peut être adapté en fonction des élèves : par exemple, les élèves en très grandes difficultés n’avaient pas à trouver les enjeux que j’avais renseignés alors au préalable dans le schéma transmis.

Compétences :
- se repérer dans le temps, construire des repères historiques : ordonner des faits les uns par rapport aux autres. La première tâche permet d’évaluer cette compétence ;
- raisonner, justifier une démarche et les choix effectués : justifier une interprétation. La deuxième tâche permet d’évaluer cette compétence ;
- pratiquer différents langages en histoire et en géographie : réaliser des productions graphiques. La réalisation du schéma pour synthétiser les étapes de la construction européenne sert d’évaluation.

Objectif 2 : apprendre quels ont été les élargissements progressifs
A partir des cartes présentées dans le manuel Le livre scolaire (p. 172-173), les élèves sont amenés à compléter une carte sur les élargissements et à en faire la légende (envoi de la carte en PDF ou word : au choix, imprimer la carte et colorier ou compléter la carte sur ordinateur).

Compétences :
- pratiquer différents langages : réaliser une production cartographique. Le petit travail sur le croquis permet d’évaluer la capacité des élèves à bien construire et structurer la légende ;
- se repérer dans l’espace : nommer et localiser un lieu dans un espace géographique. On évalue ici la capacité des élèves à bien renseigner la carte ;

Organisation du travail

  • Une planification hebdomadaire : j’ai personnellement donné le travail donné le lundi en demandant un retour pour le vendredi en suggérant de faire l’objectif 1 pour mercredi et l’objectif 2 pour vendredi.
  • Le travail est noté sur le cahier de textes habituel des élèves avec un renvoi vers l’espace collaboratif de l’ENT (Oze) où tous les documents et les consignes précises sont notées. Cette façon de faire me permet de n’avoir qu’un seul canal de communication (le cahier de texte) tout en offrant la possibilité ensuite de disposer de plusieurs outils de travail à distance selon les scénarios pédagogiques choisis.
  • Accompagnement proactif : j’apporte des conseils et des guidages méthodologiques (comment faire une légende par exemple) sur l’espace collaboratif une fois par jour (post d’encouragement, de rappel ou de réponses aux questions).
  • Le travail est à déposer sur le casier de collecte de l’espace collaboratif (Oze). Cela permet de faire un suivi automatique des élèves : nombre de devoirs rendus, noms des élèves, noter ce qui a été réussi ou les éléments qui doivent être repris en remédiation.

Etape 2 : Utiliser une classe virtuelle pour pratiquer la remédiation

La première semaine consacrée à cette séquence a été construite sur un travail autonome des élèves à partir d’outils simples (manuel scolaire + envoi de documents). Le suivi des élèves s’est fait par l’espace collaboratif et par le dépôt de documents dans le casier de collecte.
Deux problèmes avaient été relevés : tous les élèves n’ont pas rendu les travaux, des réponses trop courtes dans l’élaboration du schéma.
Remédiation proposée : une classe virtuelle d’une heure environ.

Objectif 1 : corriger ensemble le travail de la semaine précédente : reprise du schéma sur la construction européenne + correction de la carte l’UE à partir des travaux des élèves (points positifs et points de vigilance des cartes pour amener les élèves à réfléchir sur la construction et la structuration d’une légende) : utilisation du tableau blanc de la classe virtuelle.
Objectif 2 : apporter des éléments complémentaires notamment sur le fonctionnement et les enjeux de l’UE.
Objectif 3 : expliquer clairement le travail de la semaine. En effet, afin de varier les types de tâches proposées et éviter « l’ennui », les élèves ont été amenés à être acteur de leur apprentissage (tâche complexe) en réalisant une production audio d’une minute trente environ. La classe virtuelle a permis de lire et d’expliciter les consignes aux élèves et de répondre aux éventuelles questions.
Domaine 2 du socle : Les méthodes et les outils pour apprendre

Bilan

La classe virtuelle a permis :
- une présence sociale : les élèves ont pu poser des questions, participer à la correction, retrouver un esprit de groupe-classe, communiquer avec le professeur. Les retours ont été très positifs : ils étaient présents à 90%. Cela leur a permis de se remotiver et de s’engager davantage dans le travail proposé par la suite. Sur le dernier sondage « souhaitez-vous la mise en place d’une nouvelle classe virtuelle ? », la réponse a été oui à 96% ;
- une présence cognitive : revoir les méthodes, mettre en place des stratégies d’apprentissage. L’outil de sondage est intéressant pour vérifier la compréhension des notions, le suivi des élèves ;
- une présence enseignante : encadrer l’apprentissage, revoir les notions. Projeter un diaporama rend la séance plus attractive (il y a aussi une option tableau blanc et projection de son écran).
Points de vigilance
La classe virtuelle demande une préparation en amont et ne peut pas reprendre le cours en présentiel tel quel. Comme en classe, certains élèves peuvent tenter de se montrer indisciplinés. Voici quelques conseils pour le bon déroulement de la classe virtuelle :
- pseudos à la place du prénom = possibilité de « l’exclure » de la classe virtuelle ;
- gérer les prises de parole = icône « lever la main » disponible mais possibilité de couper l’audio ;
- poser des questions via le tchat = possibilité de couper le tchat si nécessaire ;
- l’option vidéo n’est pas forcément nécessaire et évite bien des problèmes.

Annexe

- Schéma sur la construction européenne

Schéma construction européenne


- Diaporama d’appui de la classe virtuelle

Diaporama classe virtuelle

Liens

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)